Actuellement en Atlantique    
Accueil > Voyages > Galerie photo > Namibie, l’ivresse des grands espaces

La Namibie est un pays spectaculaire pour ceux qui aiment la nature et les grands espaces. Du désert du Namib à la réserve d’Etosha en passant par le Fish River Canyon, les paysages apparaissent immenses et intacts et les nombreuses gravures laissées dans les roches depuis des milliers d’années à travers tout le pays ajoutent une dimension culturelle à l’ensemble. 

De plus, on y retrouve de nombreux animaux sauvages dans les parcs naturels, mais pas seulement ! Ce qui prouve la possibilité de préserver l’environnement au sein même de la population…voire même plus, d’en faire un outil de développement social et économique.

(Pour plus de confort, double-cliquez sur la galerie pour la visionner en mode plein écran)

Roches gravées de Twyfelfontein

Retour Galerie

Gravés dans la roche... les vestiges de Twyfelfontein

Gravures dans les roches de Twyfelfontein









La découverte d'os et d'outils datant de l'âge de pierre
atteste d'une présence humaine très ancienne dans cette région du monde.
C'est d'ailleurs en Namibie que l'on retrouve les plus anciennes traces d'art rupestre d'Afrique,
certaines datant de 26 000 ans av J.-C.

Sur le site archéologique de Twyfelfontein, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO,
on retrouve près de 2500 gravures probablement réalisées lors de rites chamaniques
par des peuples chasseurs-cueilleurs, il y a près de 6000 ans.









La découverte d'os et d'outils datant de l'âge de pierre
atteste d'une présence humaine très ancienne dans cette région du monde.
C'est d'ailleurs en Namibie que l'on retrouve les plus anciennes traces d'art rupestre d'Afrique,
certaines datant de 26 000 ans av J.-C.

Sur le site archéologique de Twyfelfontein, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO,
on retrouve près de 2500 gravures probablement réalisées lors de rites chamaniques
par des peuples chasseurs-cueilleurs, il y a près de 6000 ans.

Pétroglyphes - Twyfelfontein

Maison ensablée dans le village fantôme de Kolmanskop

Retour Galerie

Les sables du temps de Kolmanskop

Maison ensablée du village fantôme de Kolmanskop





Malgré la présence des Sans depuis des milliers d'années
et également de diverses ethnies provenant d'Afrique centrale,
le territoire va peu à peu intéresser les Européens
et devenir une colonie Allemande à partir de 1884.

Suite à sa défaite lors de la première guère mondiale,
l'Allemagne doit cependant renoncer à ce territoire
qui est alors administré par l'Afrique du Sud...
jusqu'à ce que la Namibie obtienne enfin son indépendance, 70 ans plus tard !

Le village abandonné de Kolmanskop, construit en 1908,
témoigne de l'exploitation de mines de diamants par les Allemands à cette époque.
Alors qu'il était autrefois composé des riches maisons des exploitants miniers,
d'un hôpital ou encore d'un casino et d'un théâtre,
il ne reste aujourd'hui de ce village poussé au milieu du désert
que de grands bâtiments envahis de sable.





Malgré la présence des Sans depuis des milliers d'années
et également de diverses ethnies provenant d'Afrique centrale,
le territoire va peu à peu intéresser les Européens
et devenir une colonie Allemande à partir de 1884.

Suite à sa défaite lors de la première guère mondiale,
l'Allemagne doit cependant renoncer à ce territoire
qui est alors administré par l'Afrique du Sud...
jusqu'à ce que la Namibie obtienne enfin son indépendance, 70 ans plus tard !

Le village abandonné de Kolmanskop, construit en 1908,
témoigne de l'exploitation de mines de diamants par les Allemands à cette époque.
Alors qu'il était autrefois composé des riches maisons des exploitants miniers,
d'un hôpital ou encore d'un casino et d'un théâtre,
il ne reste aujourd'hui de ce village poussé au milieu du désert
que de grands bâtiments envahis de sable.

Village fantôme de Kolmanskop

Route de graviers et paysage namibien

Retour Galerie

Immensité namibienne

Route de graviers et paysage namibien








Tout jeune pays d'à peine 30 ans, la Namibie,
située entre l'Angola, la Zambie, le Botswana et l'Afrique du Sud,
a obtenu son indépendance en 1990.

Avec seulement un peu plus de 2 habitants par km²,
c'est le second pays à la plus faible densité de population au monde après la Mongolie.
Au fil de ses routes de graviers, on découvre de nouvelles étendues vierges,
toujours plus belles et plus vastes,
ponctuées parfois de plantes indigènes et d'animaux sauvages.








Tout jeune pays d'à peine 30 ans, la Namibie,
située entre l'Angola, la Zambie, le Botswana et l'Afrique du Sud,
a obtenu son indépendance en 1990.

Avec seulement un peu plus de 2 habitants par km²,
c'est le second pays à la plus faible densité de population au monde après la Mongolie.
Au fil de ses routes de graviers, on découvre de nouvelles étendues vierges,
toujours plus belles et plus vastes,
ponctuées parfois de plantes indigènes et d'animaux sauvages.

Région Kunene

Aperçu du Great Fish River Canyon

Retour Galerie

Great Fish River Canyon

Panorama du Great Fish River Canyon




Avec les dimensions impressionnantes de 160km de long, 27km de large et jusqu'à 550 mètres de profondeur,
le « Fish River Canyon » possède le titre du deuxième plus grand canyon au monde !

Il s'agit en fait plus précisément de 2 canyons l'un dans l'autre,
la « Fish River » autrefois bien plus puissante qu'elle ne l'est aujourd'hui
ayant participé à creuser progressivement le second.

Même si l'environnement aujourd'hui extrêmement sec et désertique de ces canyons semble dépourvu de vie,
la zone fait partie d'une réserve naturelle de plus de 6000 km² entre la Namibie et l'Afrique du Sud
et constitue une des zones arides les plus riches en espèces végétales et animales.

En plus d'une grande diversité de reptiles et d'oiseaux et de plusieurs mammifères
on y retrouve également de nombreuses plantes endémiques
ainsi que l'arbre national, le Kokerboom.




Avec les dimensions impressionnantes de 160km de long, 27km de large et jusqu'à 550 mètres de profondeur,
le « Fish River Canyon » possède le titre du deuxième plus grand canyon au monde !

Il s'agit en fait plus précisément de 2 canyons l'un dans l'autre,
la « Fish River » autrefois bien plus puissante qu'elle ne l'est aujourd'hui
ayant participé à creuser progressivement le second.

Même si l'environnement aujourd'hui extrêmement sec et désertique de ces canyons semble dépourvu de vie,
la zone fait partie d'une réserve naturelle de plus de 6000 km² entre la Namibie et l'Afrique du Sud
et constitue une des zones arides les plus riches en espèces végétales et animales.

En plus d'une grande diversité de reptiles et d'oiseaux et de plusieurs mammifères
on y retrouve également de nombreuses plantes endémiques
ainsi que l'arbre national, le Kokerboom.

Clément face au Great Fish River Canyon

Aperçu de l'arbre national de Namibie, le Kokerboom




De début juin à fin juillet, la présence des dauphins communs est particulièrement attendue
le long du littoral de la Wild Coast, par les passionnés de vie sous-marine.

Car ce sont les acteurs clés pour l'observation d'un phénomène incroyable: le sardine run!

Ce sont en effet des milliards de sardines qui migrent en banc vers le nord,
le long de la côte Est d'Afrique du Sud,
entraînant avec eux une grande variété de prédateurs!

Des centaines, parfois même des milliers de dauphins communs, grâce à leurs techniques de chasse élaborées,
rassemblent alors les sardines en bancs compacts coincés sous la surface de l'eau.

Dans une véritable frénésie alimentaire, de multiples variétés de requins, de dauphins
et d'oiseaux océaniques se regroupent autour de ce festin, lorsqu'il ne s'agit pas également des baleines de Bryde.

L'occasion rêvée pour observer un phénomène naturel rare et époustouflant...
et approcher de nombreuses espèces de requins sans avoir à les attirer par de la nourriture.

Retour Galerie

Kokerboom, l'arbre national

L'arbre traditionnel de Namibie, le Kokerboom












Provenant de Namibie et d'Afrique du Sud,
cette plante très caractéristique est reconnue pour sa longévité
et sa résistance aux conditions arides.
Elle est également appelée « Kokerboom”,
“l'arbre carquois” en français car son écorce est utilisée
par les Sans pour construire des étuis à flèches.











Provenant de Namibie et d'Afrique du Sud,
cette plante très caractéristique
est reconnue pour sa longévité
et sa résistance aux conditions arides.
Elle est également appelée « Kokerboom”,
“l'arbre carquois” en français
car son écorce est utilisée
par les Sans pour construire
des étuis à flèches.

Aloe dichotoma

Aperçu des arbres morts de Dead Vlei

Retour Galerie

Dead Vlei, un marais dans le désert

Dead Vlei et ses arbres morts







Contraste de couleur au milieu du désert de Namib, « Dead Vlei » , le « marais mort »
dans un mélange d'anglais et d'afrikaans, a donné lieu à un paysage irréel.
Sous une chaleur écrasante et dans un silence étourdissant,
les arbres noirs, brûlés par le soleil et préservés par la sécheresse depuis près de 900 ans,
s'opposent au sol d'argile blanc laissé suite à l'asséchement du marais,
le tout sous la présence de dunes parmi les plus hautes au monde.






Contraste de couleur au milieu du désert de Namib, « Dead Vlei » , le « marais mort »
dans un mélange d'anglais et d'afrikaans, a donné lieu à un paysage irréel.
Sous une chaleur écrasante et dans un silence étourdissant,
les arbres noirs, brûlés par le soleil et préservés par la sécheresse depuis près de 900 ans,
s'opposent au sol d'argile blanc laissé suite à l'asséchement du marais,
le tout sous la présence de dunes parmi les plus hautes au monde.

Parc national du Namib-Naukluft

Aperçu d'une dune de sable rouge à Sossusvlei

Retour Galerie

Les dunes rouge de Sossusvlei

Grande dune de sable rouge de Sossusvlei








Constamment modelées par le vent, des dunes rouges s'élèvent
à plusieurs centaines de mètres au dessus du pan de Sossusvlei qu'elles encadrent.

Cette étendue de sel et d'argile provient de la rivière Tsauchab
qui tente vainement de se frayer un chemin à travers le désert du Namib
jusqu'à l'océan tout proche lors de pluies exceptionnellement fortes.

L’ascension est particulièrement éprouvante
mais permet de donner un aperçu de l'immensité de ce désert,
coincé entre terre et mer.








Constamment modelées par le vent, des dunes rouges s'élèvent
à plusieurs centaines de mètres au dessus du pan de Sossusvlei qu'elles encadrent.

Cette étendue de sel et d'argile provient de la rivière Tsauchab
qui tente vainement de se frayer un chemin à travers le désert du Namib
jusqu'à l'océan tout proche lors de pluies exceptionnellement fortes.

L’ascension est particulièrement éprouvante
mais permet de donner un aperçu de l'immensité de ce désert,
coincé entre terre et mer.

Parc national du Namib-Naukluft

Aperçu d'un gemsbok en Namibie

Retour Galerie

L'oryx, le symbole namibien

Oryx dans la réserve naturelle d'Étosha





De par son élégance et sa capacité exceptionnelle
à vivre dans les milieux semi-arides et arides tel le désert du Namib,
l'Oryx est considéré comme l'animal national de la Namibie.

Contrairement à de nombreux mammifères de sa taille,
il peut résister à de fortes chaleurs en optimisant sa consommation d'eau
et en en réduisant les pertes.

Ainsi, si l'eau vient à manquer, il parvient à compenser
ses besoins quotidiens par des fruits ou des végétaux juteux.
Il adapte également son comportement, se reposant à l'ombre durant la journée
et se nourrissant aux heures les plus fraîches.

Le plus impressionnant reste cependant
sa capacité à laisser sa température corporelle monter
de plusieurs degrés en cas de fortes chaleurs
afin d'éviter les pertes d'eau par transpiration.





De par son élégance et sa capacité exceptionnelle
à vivre dans les milieux semi-arides et arides tel le désert du Namib,
l'Oryx est considéré comme l'animal national de la Namibie.

Contrairement à de nombreux mammifères de sa taille,
il peut résister à de fortes chaleurs en optimisant sa consommation d'eau
et en en réduisant les pertes.

Ainsi, si l'eau vient à manquer, il parvient à compenser
ses besoins quotidiens par des fruits ou des végétaux juteux.
Il adapte également son comportement, se reposant à l'ombre durant la journée
et se nourrissant aux heures les plus fraîches.

Le plus impressionnant reste cependant
sa capacité à laisser sa température corporelle monter
de plusieurs degrés en cas de fortes chaleurs
afin d'éviter les pertes d'eau par transpiration.

Oryx gazelle (ou Gemsbok) – Parc National d'Etosha

Combat entre deux impalas à Étosha National Park

Retour Galerie

Duel d'impalas à Etosha

Duel d'impalas dans le Parc National d'Étosha








Offrant des conditions climatiques moins extrêmes que le désert du Namib,
le parc national d'Etosha abrite quant à lui de nombreux animaux,
les mammifères les plus fréquemment rencontrés étant sans doute les impalas.

Alors qu'un seul mâle dominant est à la tête d'un groupe allant de 15 à parfois 100 individus,
les jeunes mâles se rassemblent entre eux et s’entraînent à se battre en attendant de pouvoir prétendre à cette place.

Proies potentielles pour de nombreux prédateurs dont les lions, les léopards, les guépards ou les hyènes,
les impalas sont capables pour se défendre de faire des bonds de plusieurs mètres de hauteur
et de faire des pointes de vitesse jusqu'à 90 km/h sur de courtes distances.
Ils possèdent également des glandes libérant des odeurs de manière diffuse
lorsqu'ils sont poursuivis afin d'induire en erreur les poursuivants.







Offrant des conditions climatiques moins extrêmes que le désert du Namib,
le parc national d'Etosha abrite quant à lui de nombreux animaux,
les mammifères les plus fréquemment rencontrés étant sans doute les impalas.

Alors qu'un seul mâle dominant est à la tête d'un groupe
allant de 15 à parfois 100 individus, les jeunes mâles se rassemblent entre eux
et s’entraînent à se battre en attendant de pouvoir prétendre à cette place.

Proies potentielles pour de nombreux prédateurs dont les lions, les léopards, les guépards ou les hyènes,
les impalas sont capables pour se défendre de faire des bonds de plusieurs mètres de hauteur
et de faire des pointes de vitesse jusqu'à 90 km/h sur de courtes distances.
Ils possèdent également des glandes libérant des odeurs de manière diffuse
lorsqu'ils sont poursuivis afin d'induire en erreur les poursuivants.

Mâles impalas s'affrontant – Parc national d'Etosha

Dizaines de zèbres au point d'eau d'Okaukuejo

Retour Galerie

Zèbres au point d'eau d'Okaukuejo

Des dizaines de zèbres au point d'eau d'Okaukuejo





Dans les pays arides, les points d'eau sont l'occasion parfaite de voir de grandes concentrations d'animaux
et d'observer leurs comportements autour de ce repère vital.

Même lorsque tout semble calme, on ne sait jamais ce qu'on va voir apparaître au loin :
une horde d'éléphants, des rhinocéros, des antilopes, des girafes ou peut-être des zèbres par centaines...





Dans les pays arides, les points d'eau sont l'occasion parfaite de voir de grandes concentrations d'animaux
et d'observer leurs comportements autour de ce repère vital.

Même lorsque tout semble calme, on ne sait jamais ce qu'on va voir apparaître au loin :
une horde d'éléphants, des rhinocéros, des antilopes, des girafes ou peut-être des zèbres par centaines...

Troupeau de zèbres des plaines– Parc National d'Etosha

Petit zèbre traversant le chemin

Retour Galerie

Besoin d'espace...

Un Zébreau traversant le chemin








Après quelques heures, le petit zèbre est déjà capable de se mettre debout,
de téter, de marcher et même de galoper aux côtés de sa mère.
Il est sevré vers 6-7 mois et atteint l'âge de la puberté vers 2 ans,
après quoi il change de groupe.
Les individus d'une même famille composée d'un mâle,
de quelques femelles et de leurs petits jusqu'à cet âge,
sont très liés entre eux et restent généralement ensemble durant toute leur vie.

Les rapports entre parents et petits, l'importance du choix du partenaire à l'âge adulte
et la nécessité de vivre sur de grands espaces
en font une espèce bien protégée au sein des réserves naturelles
mais supportant mal la captivité.








Après quelques heures, le petit zèbre est déjà capable de se mettre debout,
de téter, de marcher et même de galoper aux côtés de sa mère.
Il est sevré vers 6-7 mois et atteint l'âge de la puberté vers 2 ans,
après quoi il change de groupe.
Les individus d'une même famille composée d'un mâle,
de quelques femelles et de leurs petits jusqu'à cet âge,
sont très liés entre eux et restent généralement ensemble durant toute leur vie.

Les rapports entre parents et petits, l'importance du choix du partenaire à l'âge adulte
et la nécessité de vivre sur de grands espaces
en font une espèce bien protégée au sein des réserves naturelles
mais supportant mal la captivité.

Zébreau – Parc National d'Etosha

Girafes dans le Parc National d'Étosha

Retour Galerie

Un monde sans clôture

Girafes dans le Parc National d'Étosha






Malgré la taille importante du Parc National d'Etosha,
de loin la plus grande réserve naturelle de Namibie,
un des défis majeurs du pays est surtout de maintenir des espaces ouverts
sur le reste de son territoire afin de permettre aux animaux présents
en dehors des parcs de pouvoir circuler librement.

Car à l'image de la partie sud du pays,
les grandes propriétés privées clôturées restreignent les zones d'habitats naturels,
empêchent les déplacements des animaux et compromettent donc leur survie à l'état sauvage.

Alors que les parcs nationaux sont d'une grande richesse économique et environnementale,
la préservation des espèces au sein même de la population est pour ce pays
une solution primordiale de conservation.






Malgré la taille importante du Parc National d'Etosha,
de loin la plus grande réserve naturelle de Namibie,
un des défis majeurs du pays est surtout de maintenir des espaces ouverts
sur le reste de son territoire afin de permettre aux animaux présents
en dehors des parcs de pouvoir circuler librement.

Car à l'image de la partie sud du pays, les grandes propriétés privées clôturées
restreignent les zones d'habitats naturels, empêchent les déplacements des animaux
et compromettent donc leur survie à l'état sauvage.

Alors que les parcs nationaux sont d'une grande richesse économique et environnementale,
la préservation des espèces au sein même de la population est pour ce pays
une solution primordiale de conservation.

Girafes – Parc National d'Etosha

Éléphants du désert dans la région Kunene

Retour Galerie

Éléphants libres, une opportunité ?

Éléphants du désert dans la région Kunene


Avec 22000 individus répertoriés sur son territoire en 2015,
la Namibie fait partie des rares pays à préserver des populations d'éléphants libres
au sein de ses réserves naturelles mais également en dehors.

Ces éléphants du désert, incroyablement adaptés aux chaleurs
et aux faibles réserves d'eau et de nourriture de la région,
peuvent cependant être source de nombreux conflits avec la population.

Afin de rendre cette cohabitation possible, de nombreux projets sont mis en œuvre
pour minimiser les problèmes et transformer cette situation
en opportunité pour le développement social du pays.

Car en plus d'un environnement sein, la présence d'animaux sauvages
engendre également un intérêt touristique et donc la création d'emplois.

Via un système complexe de « conservancy »,
la Namibie donne la possibilité à sa population de bénéficier
directement de ses ressources naturelles,
ce qui induit finalement une volonté de conservation des espèces !

La mise en place de ce cercle vertueux est complexe
mais représente un outil puissant pour atteindre
l'équilibre social, économique et environnemental du pays !


Avec 22000 individus répertoriés sur son territoire en 2015,
la Namibie fait partie des rares pays à préserver des populations d'éléphants libres
au sein de ses réserves naturelles mais également en dehors.

Ces éléphants du désert, incroyablement adaptés aux chaleurs
et aux faibles réserves d'eau et de nourriture de la région,
peuvent cependant être source de nombreux conflits avec la population.

Afin de rendre cette cohabitation possible, de nombreux projets sont mis en œuvre
pour minimiser les problèmes et transformer cette situation
en opportunité pour le développement social du pays.

Car en plus d'un environnement sein, la présence d'animaux sauvages
engendre également un intérêt touristique et donc la création d'emplois.

Via un système complexe de « conservancy »,
la Namibie donne la possibilité à sa population de bénéficier
directement de ses ressources naturelles,
ce qui induit finalement une volonté de conservation des espèces !

La mise en place de ce cercle vertueux est complexe
mais représente un outil puissant pour atteindre
l'équilibre social, économique et environnemental du pays !

Éléphants du désert - Région Kunene

La découverte d’os et d’outils datant de l’âge de pierre atteste d’une présence humaine très ancienne dans cette région du monde. C’est d’ailleurs en Namibie que l’on retrouve les plus anciennes traces d’art rupestre d’Afrique, certaines datant de 26 000 ans av J.-C.

Sur le site archéologique de Twyfelfontein, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, on retrouve près de 2500 gravures probablement réalisées lors de rites chamaniques par des peuples chasseurs-cueilleurs, il y a près de 6000 ans.

Gravures dans les roches de Twyfelfontein
Mapungubwe National Park

Malgré la présence des Sans depuis des milliers d’années et également de diverses ethnies provenant d’Afrique centrale, le territoire va peu à peu intéresser les Européens et devenir une colonie Allemande à partir de 1884.

Suite à sa défaite lors de la première guère mondiale, l’Allemagne doit cependant renoncer à ce territoire qui est alors administré par l’Afrique du Sud… jusqu’à ce que la Namibie obtienne enfin son indépendance, 70 ans plus tard !

Le village abandonné de Kolmanskop, construit en 1908, témoigne de l’exploitation de mines de diamants par les Allemands à cette époque. Alors qu’il était autrefois composé des riches maisons des exploitants miniers, d’un hôpital ou encore d’un casino et d’un théâtre, il ne reste aujourd’hui de ce village poussé au milieu du désert que de grands bâtiments envahis de sable.

Maison ensablée du village fantôme de Kolmanskop
Village fantôme de Kolmanskop

Tout jeune pays d’à peine 30 ans, la Namibie, située entre l’Angola, la Zambie, le Botswana et l’Afrique du Sud, a obtenu son indépendance en 1990.

Avec seulement un peu plus de 2 habitants par km², c’est le second pays à la plus faible densité de population au monde après la Mongolie. Au fil de ses routes de graviers, on découvre de nouvelles étendues vierges, toujours plus belles et plus vastes, ponctuées parfois de plantes indigènes et d’animaux sauvages.

Route de graviers et paysage namibien
Région Kunene

Avec les dimensions impressionnantes de 160km de long, 27 km de large et jusqu’à 550 mètres de profondeur, le « Fish River Canyon » possède le titre du deuxième plus grand canyon au monde !

Il s’agit en fait plus précisément de 2 canyons l’un dans l’autre, la « Fish River » autrefois bien plus puissante qu’elle ne l’est aujourd’hui ayant participé à creuser progressivement le second.

Même si l’environnement aujourd’hui extrêmement sec et désertique de ces canyons semble dépourvu de vie, la zone fait partie d’une réserve naturelle de plus de 6000 km² entre la Namibie et l’Afrique du Sud et constitue une des zones arides les plus riches en espèces végétales et animales.

En plus d’une grande diversité de reptiles et d’oiseaux et de plusieurs mammifères, on y retrouve également de nombreuses plantes endémiques ainsi que l’arbre national, le Kokerboom.

Panorama du Great Fish River Canyon
Clément face au Great Fish River Canyon

Provenant de Namibie et d’Afrique du Sud, cette plante très caractéristique est reconnue pour sa longévité et sa résistance aux conditions arides. Elle est également appelée « Kokerboom », « l’arbre carquois » en français car son écorce est utilisée par les Sans pour construire des étuis à flèches.

L'arbre traditionnel de Namibie, le Kokerboom
Aloe dichotoma

Contraste de couleur au milieu du désert de Namib, « Dead Vlei » , le « marais mort » dans un mélange d’anglais et d’afrikaans, a donné lieu à un paysage irréel. Sous une chaleur écrasante et dans un silence étourdissant, les arbres noirs, brûlés par le soleil et préservés par la sécheresse depuis près de 900 ans, s’opposent au sol d’argile blanc laissé suite à l’asséchement du marais, le tout sous la présence de dunes parmi les plus hautes au monde.

Dead Vlei et ses arbres morts
Parc national du Namib-Naukluft

Constamment modelées par le vent, des dunes rouges s’élèvent à plusieurs centaines de mètres au dessus du pan de Sossusvlei qu’elles encadrent.

Cette étendue de sel et d’argile provient de la rivière Tsauchab qui tente vainement de se frayer un chemin à travers le désert du Namib jusqu’à l’océan tout proche lors de pluies exceptionnellement fortes.

L’ascension est particulièrement éprouvante mais permet de donner un aperçu de l’immensité de ce désert, coincé entre terre et mer.

Grande dune de sable rouge de Sossusvlei
Parc national du Namib-Naukluft

De par son élégance et sa capacité exceptionnelle à vivre dans les milieux semi-arides et arides tel le désert du Namib, l’Oryx est considéré comme l’animal national de la Namibie.

Contrairement à de nombreux mammifères de sa taille, il peut résister à de fortes chaleurs en optimisant sa consommation d’eau et en en réduisant les pertes.

Ainsi, si l’eau vient à manquer, il parvient à compenser ses besoins quotidiens par des fruits ou des végétaux juteux. Il adapte également son comportement, se reposant à l’ombre durant la journée et se nourrissant aux heures les plus fraîches.

Le plus impressionnant reste cependant sa capacité à laisser sa température corporelle monter de plusieurs degrés en cas de fortes chaleurs afin d’éviter les pertes d’eau par transpiration.

Oryx dans la réserve naturelle d'Étosha
Oryx gazelle (ou Gemsbok) Parc National d'Étosha

Offrant des conditions climatiques moins extrêmes que le désert du Namib, le parc national d’Etosha abrite quant à lui de nombreux animaux, les mammifères les plus fréquemment rencontrés étant sans doute les impalas.

Alors qu’un seul mâle dominant est à la tête d’un groupe allant de 15 à parfois 100 individus, les jeunes mâles se rassemblent entre eux et s’entraînent à se battre en attendant de pouvoir prétendre à cette place.

Proies potentielles pour de nombreux prédateurs dont les lions, les léopards, les guépards ou les hyènes, les impalas sont capables pour se défendre de faire des bonds de plusieurs mètres de hauteur et de faire des pointes de vitesse jusqu’à 90 km/h sur de courtes distances. Ils possèdent également des glandes libérant des odeurs de manière diffuse lorsqu’ils sont poursuivis afin d’induire en erreur les poursuivants.

Duel d'impalas dans le Parc National d'Étosha
Mâles impalas s'affrontant Parc National d'Étosha

Dans les pays arides, les points d’eau sont l’occasion parfaite de voir de grandes concentrations d’animaux et d’observer leurs comportements autour de ce repère vital.

Même lorsque tout semble calme, on ne sait jamais ce qu’on va voir apparaître au loin: une horde d’éléphants, des rhinocéros, des antilopes, des girafes ou peut-être des zèbres par centaines…

Des dizaines de zèbres au point d'eau d'Okaukuejo
Troupeaux de zèbres - Okaukuejo, Étosha

Après quelques heures, le petit zèbre est déjà capable de se mettre debout, de téter, de marcher et même de galoper aux côtés de sa mère. Il est sevré vers 6-7 mois et atteint l’âge de la puberté vers 2 ans, après quoi il change de groupe. Les individus d’une même famille composée d’un mâle, de quelques femelles et de leurs petits jusqu’à cet âge, sont très liés entre eux et restent généralement ensemble durant toute leur vie.

Les rapports entre parents et petits, l’importance du choix du partenaire à l’âge adulte et la nécessité de vivre sur de grands espaces  en font une espèce bien protégée au sein des réserves naturelles mais supportant mal la captivité.

Un Zébreau traversant le chemin
Zébreau – Parc National d'Étosha

Malgré la taille importante du Parc National d’Etosha, de loin la plus grande réserve naturelle de Namibie, un des défis majeurs du pays est surtout de maintenir des espaces ouverts sur le reste de son territoire afin de permettre aux animaux présents en dehors des parcs de pouvoir circuler librement.

Car à l’image de la partie sud du pays, les grandes propriétés privées clôturées restreignent les zones d’habitats naturels, empêchent les déplacements des animaux et compromettent donc leur survie à l’état sauvage.

Alors que les parcs nationaux sont d’une grande richesse économique et environnementale, la préservation des espèces au sein même de la population est pour ce pays une solution primordiale de conservation.

Girafes dans le Parc National d'Étosha
Girafes – Parc National d'Étosha

Avec 22000 individus répertoriés sur son territoire en 2015, la Namibie fait partie des rares pays à préserver des populations d’éléphants libres au sein de ses réserves naturelles mais également en dehors.

Ces éléphants du désert, incroyablement adaptés aux chaleurs et aux faibles réserves d’eau et de nourriture de la région, peuvent cependant être source de nombreux conflits avec la population.

Afin de rendre cette cohabitation possible, de nombreux projets sont mis en œuvre pour minimiser les problèmes et transformer cette situation en opportunité pour le développement social du pays.

Car en plus d’un environnement sein, la présence d’animaux sauvages engendre également un intérêt touristique et donc la création d’emplois.

Via un système complexe de « conservancy », la Namibie donne la possibilité à sa population de bénéficier directement de ses ressources naturelles, ce qui induit finalement une volonté de conservation des espèces !

La mise en place de ce cercle vertueux est complexe mais représente un outil puissant pour atteindre l’équilibre social, économique et environnemental du pays !

Éléphants du désert dans la région Kunene
Éléphants du désert - Région Kunene

Vous avez aimé ? partagez !

Vous aimerez peut-être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

libero tempus ante. Praesent pulvinar at mi, Donec commodo ipsum dolor