Actuellement en Guadeloupe    
Accueil > Voyages > Galerie photo > Sultanat d'Oman

Bien qu’encore très peu connu, Le Sultanat d’Oman commence peu à peu à faire parler de lui. Et ce n’est pas étonnant vu sa beauté, son authenticité et l’accueil de ses habitants !

Alors que les infrastructures touristiques sont particulièrement chères, rien de tel pour visiter le pays que d’expérimenter le camping sauvage, totalement sûr et autorisé sur ces terres anciennement nomades. Tout en veillant bien sûr au respect des lieux, c’est d’ailleurs le meilleur moyen d’entrer en contact avec cette population incroyablement hospitalière.

(Pour plus de confort, double-cliquez sur la galerie pour la visionner en mode plein écran)

Aperçu du souk de Nizwa

Retour Galerie

La tradition du commerce

Commerce traditionnel dans le souk de Nizwa







Lieux de rassemblements et de transactions commerciales
depuis des centaines d'années, les souks réunissent
des artisans et des commerçants de tous genres
venus vendre nourriture et artisanat local.

Dans l'omniprésente odeur d'encens,
on y négocie des textiles et des bijoux
pendant que d'autres profitent du moment pour discuter
autour d'un café et des traditionnelles dattes.

Le Souk de Nizwa est l'un des plus anciens du pays
et est particulièrement réputé pour son marché au bétail animé.
On vient y acheter des chèvres, des moutons, des vaches
et bien sûr des dromadaires!





Lieux de rassemblements
et de transactions commerciales
depuis des centaines d'années,
les souks réunissent des artisans
et des commerçants de tous genres
venus vendre nourriture et artisanat local.

Dans l'omniprésente odeur d'encens,
on y négocie des textiles et des bijoux
pendant que d'autres profitent
du moment pour discuter autour d'un café
et des traditionnelles dattes.

Le Souk de Nizwa
est l'un des plus anciens du pays
et est particulièrement réputé
pour son marché au bétail animé.
On vient y acheter des chèvres,
des moutons, des vaches
et bien sûr des dromadaires!

Souk de Nizwa

Dromadaires dans le désert des Wahiba Sands, à Oman

Retour Galerie

Caravanes du désert

Dromadaires dans le désert des Wahiba Sands, à Oman








À voir ces troupeaux de dromadaires circuler librement dans le désert,
on en vient presque à se demander s’ils sont domestiques ou sauvages.

Cet animal, particulièrement bien adapté
aux conditions climatiques extrêmes de son environnement
(il est par exemple capable de tenir 15 jours ou de parcourir 160km sans boire),
jouit d’un intérêt particulier pour la population arabe
qui voit en lui le symbole de son ancien mode de vie nomade.
Ils sont également élevés pour des courses très populaires
et participent parfois même à des concours de beauté !








À voir ces troupeaux de dromadaires circuler librement dans le désert,
on en vient presque à se demander s’ils sont domestiques ou sauvages.

Cet animal, particulièrement bien adapté
aux conditions climatiques extrêmes de son environnement
(il est par exemple capable de tenir 15 jours ou de parcourir 160km sans boire),
jouit d’un intérêt particulier pour la population arabe
qui voit en lui le symbole de son ancien mode de vie nomade.
Ils sont également élevés pour des courses très populaires
et participent parfois même à des concours de beauté !

Dromadaires - Sharqiya Sands

Dunes de sable des Sharqiya Sands

Retour Galerie

Juste du sable ?

Les dunes des "Sharqiya Sands" au Sultanat d'Oman.







Cet immense désert de sable de plus de 12 000 km² impressionne.
Vierge au premier coup d’œil, il suffit d’y faire quelques pas
pour remarquer de nombreuses traces de vie.
Et pour cause, pas moins de 200 espèces d’oiseaux,
de mammifères, de reptiles et d’amphibiens
et 150 variétés de plantes indigènes y sont répertoriées.

Cet écosystème, capable de résister aux chaleurs intenses et au manque d’eau,
reste néanmoins fragile et nécessite pour sa survie notre respect.

S’en tenir aux pistes déjà tracées et ne pas jeter de déchets
sont des principes basiques, mais tellement essentiels
et pourtant trop souvent négligés...







Cet immense désert de sable de plus de 12 000 km² impressionne.
Vierge au premier coup d’œil, il suffit d’y faire quelques pas
pour remarquer de nombreuses traces de vie.
Et pour cause, pas moins de 200 espèces d’oiseaux,
de mammifères, de reptiles et d’amphibiens
et 150 variétés de plantes indigènes y sont répertoriées.

Cet écosystème, capable de résister aux chaleurs intenses et au manque d’eau,
reste néanmoins fragile et nécessite pour sa survie notre respect.

S’en tenir aux pistes déjà tracées et ne pas jeter de déchets
sont des principes basiques, mais tellement essentiels
et pourtant trop souvent négligés...

Dunes des Sharqiya Sands

Aperçu d'un Bédouin avec un dromadaire dans le désert

Retour Galerie

Culture nomade

Un bédouin et son dromadaire dans le désert, vestige de la vie Nomade






Quelques kilomètres dans les « Sharqiya Sands » permettent d’entrevoir
le mode de vie Bédouin, aujourd’hui pratiquement disparu.
Vivant autrefois de l’élevage de chèvres, de moutons et de dromadaires,
ils devaient se déplacer régulièrement afin de permettre
à la végétation clairsemée du désert de se régénérer.

Dorénavant, peu d’entre eux sont encore nomades
et si leurs habitations dans le désert et leurs activités subsistent,
la possibilité de se fournir en eau et en fourrage à la ville
rend leurs déplacements souvent facultatifs.

Cependant, leurs traditions et leurs valeurs restent encore bien ancrées,
principalement leur légendaire hospitalité !






Quelques kilomètres dans les « Sharqiya Sands » permettent d’entrevoir
le mode de vie Bédouin, aujourd’hui pratiquement disparu.
Vivant autrefois de l’élevage de chèvres, de moutons et de dromadaires,
ils devaient se déplacer régulièrement afin de permettre
à la végétation clairsemée du désert de se régénérer.

Dorénavant, peu d’entre eux sont encore nomades
et si leurs habitations dans le désert et leurs activités subsistent,
la possibilité de se fournir en eau et en fourrage à la ville
rend leurs déplacements souvent facultatifs.

Cependant, leurs traditions et leurs valeurs restent encore bien ancrées,
principalement leur légendaire hospitalité !

Un Bédouin et son dromadaire – Sharqiya Sands

Dattes traditionnelles d'Oman

Retour Galerie

Hospitalité Bédouine !

Les dattes, symbole de l'hospitalité Omanaise






Quelle agréable surprise que de découvrir la réputée
et très largement méritée hospitalité Bédouine.
Il suffit de quelques paroles échangées
ou même de s’installer à proximité d’un village pour la nuit
pour se voir inviter autour d’un café et de dattes.

Impressionnante également cette ouverture d’esprit et cet intérêt
envers différentes cultures et religions.
Les discussions sont passionnantes et il arrive même
que l’on se fasse surprendre à rester la nuit
et à partager repas et visites avec une famille accueillante
et attachée à l’idée que les peuples doivent se respecter et coexister en paix.







Quelle agréable surprise que de découvrir la réputée
et très largement méritée hospitalité Bédouine.
Il suffit de quelques paroles échangées
ou même de s’installer à proximité d’un village pour la nuit
pour se voir inviter autour d’un café et de dattes.

Impressionnante également cette ouverture d’esprit et cet intérêt
envers différentes cultures et religions.
Les discussions sont passionnantes et il arrive même
que l’on se fasse surprendre à rester la nuit
et à partager repas et visites avec une famille accueillante
et attachée à l’idée que les peuples doivent se respecter et coexister en paix.

Incontournables dattes

Mosquée de Sohar au coucher de soleil

Retour Galerie

Les mosquées du Sultanat

Coucher de soleil sur la Mosquée du Sultant Qaboos, à Sohar







Éléments de repère dans le paysage Omanais, les mosquées sont omniprésentes.

Leur très grand nombre assure l’accès à tous les fidèles
lorsque résonne dans le silence de la nuit
puis rythmant la journée jusqu’au soir, l’appel du Muezzin
pour les 5 prières quotidiennes.

Afin de permettre un échange culturel avec les étrangers,
les principales mosquées d’Oman s’ouvrent également
au public en dehors de ces moments de prière.

En plus de pouvoir admirer leurs architectures exceptionnelles,
c’est alors l’occasion parfaite de découvrir
les croyances et les traditions de l’islam.






Éléments de repère dans le paysage Omanais, les mosquées sont omniprésentes.

Leur très grand nombre assure l’accès à tous les fidèles
lorsque résonne dans le silence de la nuit
puis rythmant la journée jusqu’au soir, l’appel du Muezzin
pour les 5 prières quotidiennes.

Afin de permettre un échange culturel avec les étrangers,
les principales mosquées d’Oman s’ouvrent également
au public en dehors de ces moments de prière.

En plus de pouvoir admirer leurs architectures exceptionnelles,
c’est alors l’occasion parfaite de découvrir
les croyances et les traditions de l’islam.

Mosquée du Sultan Qaboos - Sohar

Aperçu de la mosquée de Sohar

Retour Galerie

L'art arabe

Entrée de la mosquée du Sultant Qaboos à Sohar












Difficile de rester insensible devant la beauté et la sérénité
qui se dégage de certaines mosquées…












Difficile de rester insensible devant la beauté et la sérénité
qui se dégage de certaines mosquées…

Mosquée du Sultan Qaboos - Sohar

Tombes d'Al Ayn au coucher du soleil

Retour Galerie

Vestiges d'une nécropole

Coucher de soleil sur les tombes d'Al Ayn










Ce site est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO
pour ses tombeaux collectifs datant de 2000 à 3000 ans avant J.C.

Sur toutes les collines environnantes, on retrouve ces « tombes en ruche » parfois seules,
parfois regroupées à plusieurs et qui constituent toutes ensemble
un des vestiges les plus complets de nécropole à l’âge du Bronze.










Ce site est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO
pour ses tombeaux collectifs datant de 2000 à 3000 ans avant J.C.

Sur toutes les collines environnantes, on retrouve ces « tombes en ruche » parfois seules,
parfois regroupées à plusieurs et qui constituent toutes ensemble
un des vestiges les plus complets de nécropole à l’âge du Bronze.

Nécropole d'Al Ayn

Aperçu d'un village abandonné au wadi Bani Habib

Retour Galerie

Face au passé

Famille Omanaise face au village abandonné du wadi Bani Habib








Dans les années 80, alors que les réseaux routiers
et les écoles se construisent à grande vitesse sous le règne du Sultan Qabus,
(3 écoles en 1970 contre 1053 à peine 40 ans plus tard !)
les villageois quittent peu à peu leurs anciennes habitations trop isolées
pour leur préférer de nouveaux emplacements.

On repère encore dans ces villages en ruines des jarres,
des bouts de tissus ou des murs colorés
qui nous laissent imaginer la vie qui s’y déroulait
il y a quelques décennies seulement.








Dans les années 80, alors que les réseaux routiers
et les écoles se construisent à grande vitesse sous le règne du Sultan Qabus,
(3 écoles en 1970 contre 1053 à peine 40 ans plus tard !)
les villageois quittent peu à peu leurs anciennes habitations trop isolées
pour leur préférer de nouveaux emplacements.

On repère encore dans ces villages en ruines des jarres,
des bouts de tissus ou des murs colorés
qui nous laissent imaginer la vie qui s’y déroulait
il y a quelques décennies seulement.

Village abandonné - Wadi Bani Habib

Aperçu du village de montagne de Balad Sayt

Retour Galerie

Authenticité Omanaise

Vue du magnifique village de Balad Sayt avec ses cultures en terrasse.









Malgré un développement fulgurant du pays sur les 40 dernières années,
Oman garde également une grande part d’authenticité
comme l’atteste ce magnifique village de montagne.

Avec ses cultures, sa petite mosquée
et sa tour en ruine, il a de quoi séduire !
Les chèvres voyagent librement entre les maisons en pierre
et on y circule bien plus aisément à pied ou à dos d’âne qu’en voiture...









Malgré un développement fulgurant du pays sur les 40 dernières années,
Oman garde également une grande part d’authenticité
comme l’atteste ce magnifique village de montagne.

Avec ses cultures, sa petite mosquée
et sa tour en ruine, il a de quoi séduire !
Les chèvres voyagent librement entre les maisons en pierre
et on y circule bien plus aisément à pied ou à dos d’âne qu’en voiture...

Village de Balad Sayt

Aperçu du Wadi Bani Khalid

Retour Galerie

Oasis en montagnes

Deux Omanais le long du Wadi Bani Khalid








Au milieu des paysages arides et couleurs de roche,
les « wadis » prennent toute leur importance.
Alors que le pays ne possède pas de rivière,
on retrouve ces cours d’eau, aussi soudains qu’éphémères.

C’est toute une vie qui s’y développe alors,
villages et dattiers en guise de décor.

Écrins de verdures, de fraîcheur et de calme,
on ne s’en lasse pas !








Au milieu des paysages arides et couleurs de roche,
les « wadis » prennent toute leur importance.
Alors que le pays ne possède pas de rivière,
on retrouve ces cours d’eau, aussi soudains qu’éphémères.

C’est toute une vie qui s’y développe alors,
villages et dattiers en guise de décor.

Écrins de verdures, de fraîcheur et de calme,
on ne s’en lasse pas !

Wadi Bani Khalid

Aperçu de la palmeraie de Misfat

Retour Galerie

À l'ombre des dattiers

Le Soleil éclaire la palmeraie verdoyante de Misfat.








A chaque wadi, ses aflaj acheminant et répartissant l’eau
entre les différents niveaux de plantations.

Ces cultures en terrasse permettent entre autres
la récolte d'un des produits de base des pays arabes
et du plus ancien fruit cultivé au monde, la datte !

L’arbre ne se résumant pas uniquement à son fruit,
il est alors source d’ombre et de vie pour tout le village...








A chaque wadi, ses aflaj acheminant et répartissant l’eau
entre les différents niveaux de plantations.

Ces cultures en terrasse permettent entre autres
la récolte d'un des produits de base des pays arabes
et du plus ancien fruit cultivé au monde, la datte !

L’arbre ne se résumant pas uniquement à son fruit,
il est alors source d’ombre et de vie pour tout le village...

Palmeraie de Misfat Al Abryeen

Lieux de rassemblements et de transactions commerciales depuis des centaines d’années, les souks réunissent des artisans et des commerçants de tous genres venus vendre nourriture et artisanat local.

Dans l’omniprésente odeur d’encens, on y négocie des textiles et des bijoux pendant que d’autres profitent du moment pour discuter autour d’un café et des traditionnelles dattes.

Le Souk de Nizwa est l’un des plus anciens du pays et est particulièrement réputé pour son marché au bétail animé. On vient y acheter des chèvres, des moutons, des vaches et bien sûr des dromadaires!

Commerce traditionnel dans le souk de Nizwa
Souk de Nizwa

À voir ces troupeaux de dromadaires circuler librement dans le désert, on en vient presque à se demander s’ils sont domestiques ou sauvages.

Cet animal, particulièrement bien adapté aux conditions climatiques extrêmes de son environnement (il est par exemple capable de tenir 15 jours ou de parcourir 160km sans boire), jouit d’un intérêt particulier pour la population arabe qui voit en lui le symbole de son ancien mode de vie nomade. Ils sont également élevés pour des courses très populaires et participent parfois même à des concours de beauté !

Dromadaires dans le désert des Wahiba Sands, à Oman
Dromadaires - Sharqiya Sands

Cet immense désert de sable de plus de 12 000 km² impressionne. Vierge au premier coup d’œil, il suffit d’y faire quelques pas pour remarquer de nombreuses traces de vie. Et pour cause, pas moins de 200 espèces d’oiseaux, de mammifères, de reptiles et d’amphibiens et 150 variétés de plantes indigènes y sont répertoriées.

Cet écosystème, capable de résister aux chaleurs intenses et au manque d’eau, reste néanmoins fragile et nécessite pour sa survie notre respect.

S’en tenir aux pistes déjà tracées et ne pas jeter de déchets sont des principes basiques, mais tellement essentiels et pourtant trop souvent négligés…

Les dunes des "Sharqiya Sands" au Sultanat d'Oman.
Dunes des Sharqiya Sands

Quelques kilomètres dans les « Sharqiya Sands » permettent d’entrevoir le mode de vie Bédouin, aujourd’hui pratiquement disparu. Vivant autrefois de l’élevage de chèvres, de moutons et de dromadaires, ils devaient se déplacer régulièrement afin de permettre à la végétation clairsemée du désert de se régénérer.

Dorénavant, peu d’entre eux sont encore nomades et si leurs habitations dans le désert et leurs activités subsistent, la possibilité de se fournir en eau et en fourrage à la ville rend leurs déplacements souvent facultatifs.

Cependant, leurs traditions et leurs valeurs restent encore bien ancrées, principalement leur légendaire hospitalité !

Un bédouin et son dromadaire dans le désert, vestige de la vie Nomade
Un Bédouin et son dromadaire Sharqiya Sands

Quelle agréable surprise que de découvrir la réputée et très largement méritée hospitalité Bédouine. Il suffit de quelques paroles échangées ou même de s’installer à proximité d’un village pour la nuit pour se voir inviter autour d’un café et de dattes.

Impressionnante également cette ouverture d’esprit et cet intérêt envers différentes cultures et religions. Les discussions sont passionnantes et il arrive même que l’on se fasse surprendre à rester la nuit et à partager repas et visites avec une famille accueillante et attachée à l’idée que les peuples doivent se respecter et coexister en paix.

Les dattes, symbole de l'hospitalité Omanaise
Incontournables dattes

Éléments de repère dans le paysage Omanais, les mosquées sont omniprésentes.

Leur très grand nombre assure l’accès à tous les fidèles lorsque résonne, dans le silence de la nuit puis rythmant la journée jusqu’au soir, l’appel du Muezzin pour les 5 prières quotidiennes.

Afin de permettre un échange culturel avec les étrangers, les principales mosquées d’Oman s’ouvrent également au public en dehors de ces moments de prière.

En plus de pouvoir admirer leurs architectures exceptionnelles, c’est alors l’occasion parfaite de découvrir les croyances et les traditions de l’islam.

Coucher de soleil sur la Mosquée du Sultant Qaboos, à Sohar
Mosquée du Sultan Qaboos - Sohar

Difficile de rester insensible devant la beauté et la sérénité qui se dégage de certaines mosquées…

Entrée de la mosquée du Sultant Qaboos à Sohar
Mosquée du Sultan Qaboos - Sohar

Ce site est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses tombeaux collectifs datant de 2000 à 3000 ans avant J.C.

Sur toutes les collines environnantes, on retrouve ces « tombes en ruche » parfois seules, parfois regroupées à plusieurs et qui constituent toutes ensembles un des vestiges les plus complets de nécropole à l’âge du Bronze.

Sunset on the tombs of Al Ayn
Nécropole d'Al Ayn

Dans les années 80, alors que les réseaux routiers et les écoles se construisent à grande vitesse sous le règne du Sultan Qabus, (3 écoles en 1970 contre 1053 à peine 40 ans plus tard !) les villageois quittent peu à peu leurs anciennes habitations trop isolées pour leur préférer de nouveaux emplacements.

On repère encore dans ces villages en ruines des jarres,  des bouts de tissus ou des murs colorés qui nous laissent imaginer la vie qui s’y déroulait il y a quelques décennies seulement.

Omani family in front of the abandoned village of the wadi Bani Habib
Village abandonné - Wadi Bani Habib

Malgré un développement fulgurant du pays sur les 40 dernières années, Oman garde également une grande part d’authenticité comme l’atteste ce magnifique village de montagne.

Avec ses cultures, sa petite mosquée et sa tour en ruine, il a de quoi séduire ! Les chèvres voyagent librement entre les maisons en pierre et on y circule bien plus aisément à pied ou à dos d’âne qu’en voiture…

View of the beautiful village of Balad Sayt with its terraced crops
Village de Balad Sayt

Au milieu des paysages arides et couleurs de roche, les « wadis » prennent toute leur importance. Alors que le pays ne possède pas de rivière, on retrouve ces cours d’eau, aussi soudains qu’éphémères.

C’est toute une vie qui s’y développe alors, villages et dattiers en guise de décor.

Écrins de verdures, de fraîcheur et de calme, on ne s’en lasse pas !

Two Omani men along the Wadi Bani Khalid
Wadi Bani Khalid

A chaque wadi, ses aflaj acheminant et répartissant l’eau entre les différents niveaux de plantations.

Ces cultures en terrasse permettent entre autres la récolte d’un des produits de base des pays arabes et du plus ancien fruit cultivé au monde, la datte !

L’arbre ne se résumant pas uniquement à son fruit, il est alors source d’ombre et de vie pour tout le village…

Le Soleil éclaire la palmeraie verdoyante de Misfat.
Palmeraie de Misfat Al Abryeen

Vous avez aimé ? partagez !

0 Partages

Vous aimerez peut-être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

risus Donec libero vulputate, consectetur commodo Curabitur quis