Actuellement en Guadeloupe    

Réduire ses déchets: mieux consommer pour moins polluer

Publié le 9 June 2020

Panier de fruits et légumes zéro déchet
38 Partages
Accueil > Vivre autrement > Mieux consommer pour moins polluer

Aujourd’hui, la production de déchets augmente de façon vertigineuse. En France, nous en produisons près de 590 kg par an et par personne, soit deux fois plus qu’il y a 40 ans ! Et ceci uniquement pour nos déchets ménagés et assimilés.

Le plastique, que nous retrouvons partout dans notre quotidien, est un des premiers fautifs. De nombreuses autres formes de déchets existent également : appareils électroniques, contenants chimiques, déchets nucléaires, matériaux de construction,…

Cette quantité impressionnante de matière, qui se retrouve majoritairement dans la nature, n’est pas sans conséquence pour la vie sur Terre. C’est pourquoi il convient de réfléchir à la façon dont nous gérons nos poubelles, mais surtout à notre façon de consommer de manière générale.

Des déchets, et alors ?

Beaucoup d’entre nous sont désormais convaincus de l’importance de jeter ses déchets à la poubelle. Même s’il existe encore de nombreuses décharges sauvages, ou que les mégots de cigarettes font malheureusement souvent défaut à la règle, ceci est de plus en plus désapprouvé par la population. Ce qui nous donne l’impression d’un effort suffisant.

Cependant, de nombreux endroits dans le monde n’ont pas ces systèmes de récolte. D’autres sont même la cible des déversements des déchets de l’Occident comme c’est le cas en Afrique avec nos appareils électroniques défectueux.

D’autre part, les deux tiers de nos déchets collectés finissent tout de même en décharge ou à l’incinération. Ce qui signifie que malgré les dépenses énergétiques importantes pour leur récolte, 36% finiront dans la nature, contre seulement 21% de recyclés et 14% de compostés.

Gestion des dechets en France
En France, 21% des déchets sont recyclés.

• Un impact majeur sur la santé et l’environnement

Mais pourquoi un tel enjeu autour de nos déchets ? Tout simplement parce qu’ils sont nocifs. Pour notre santé de manière directe, mais également pour notre milieu de vie.

Leur dégradation entraîne une pollution des sols, des rivières ou de l’air lorsqu’ils sont brûlés. Ce sont donc tous les éléments de la chaîne alimentaire qui se retrouvent impactés. L’eau et les cultures deviennent impropres à la consommation. Les animaux, terrestres et marins, peuvent mourir de leur ingestion ou être intoxiqués.

À titre d’exemple, environ 8 millions de tonnes de plastique se déversent chaque année dans les océans. Causant la mort de plus dun million doiseaux et plus de 100 000 mammifères marins.

En se dégradant, cette matière est également ingérée par les poissons et se retrouve dans la chaîne alimentaire. Selon un rapport du WWF, nous absorbons à notre tour environ 5g de plastique par semaine. Soit l’équivalent d’une carte de crédit chaque semaine! Cette matière serait en outre susceptible d’être la cause de nombreux cancers, ou d’agir comme perturbateur endocrinien.

Les appareils électroniques sont également particulièrement pointés du doigts pour leurs composants toxiques: métaux lourds, arsenic, sélénium, retardateurs de flammes… sans parler des déchets nucléaires dont la gestion reste encore de nos jours un défi.

• Un coût énergétique important

Hormis la dangerosité des déchets que nous produisons, il faut également comprendre que leur production et leur acheminement a également un coût énergétique.

Avant d’arriver dans nos poubelles, un objet aura une empreinte écologique en amont. Cela comprend l’extraction de matières premières: pétrole, gaz naturels, métaux, … mais aussi les besoins en eau et en énergie pour sa fabrication, son transport et les gaz à effet de serre générés par ceux-ci.

Selon un rapport écrit par Francis Radermaker, « Les 500 kg de déchets municipaux produits annuellement en moyenne par chaque Européen correspondent en réalité à une consommation de 50 tonnes de ressources matérielles par habitant et par an »

Cette notion de « sac à dos écologique » nous indique par exemple qu’une simple brosse à dent demande 1,5 kg de matières premières, un téléphone portable près de 75 kg et une puce électronique 20kg ! Cela nous donne une image de l’ampleur des ressources que nous utilisons au quotidien…

Recycler c’est bien, réduire c’est mieux !

Tout ceci nous amène à nous interroger en premier lieu sur notre production de déchets. Car même si nos systèmes de récolte sont essentiels, ils ne peuvent être suffisants ! Ils ont par ailleurs un coût important. On l’estime à plusieurs milliards d’euros en France, dont 90% de cette somme est supportée par les collectivités.

Recycler n’est en fait que la 4ème étape du processus de réduction des déchets.

Recycler permet bien la récupération de certaines matières. Il faut cependant prendre en compte qu’une quantité importante de déchets échappe à la chaîne de tri. Une autre part conséquente ne peut simplement être recyclée. Pour le reste, le coût énergétique de transformation est également très important.

Recycler n’est en fait que la 4ème étape du processus de réduction des déchets. Le plus important est d’une part d’inciter les grandes chaînes de production à minimiser l’utilisation de ces matières et d’autre part de diminuer la consommation que nous en faisons. Pour y parvenir, nous devons revoir notre façon de consommer.

La règle des 5R

C’est dans cette optique qu’a été créée la règle des 5R: Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et enfin Rendre à la terre. Cette philosophie a été inventée par Béa Johnson, une française installée aux Etats-Unis qui grâce à cela a réduit la part de ses déchets à 1kg par an, avec une famille de deux enfants. Elle a par ailleurs ainsi diminué ses dépenses de 40%.

Les 5R selon l'ADEME
La règle des 5R selon l’ADEME

• Refuser

Ce n’est peut-être pas la partie la plus simple, mais c’est la plus importante. Il faut apprendre à dire « non » et à sélectionner ses achats. Il suffit de refuser les sacs plastiques, les tracts, les pailles… Tous ces objets qu’on nous donne automatiquement sans réelle nécessité.

Beaucoup de produits du quotidien existent sans emballage superflu. Acheter des légumes en vrac ou utiliser du savon solide sont de petits gestes faciles et très efficaces pour réduire ses déchets.

Mais c’est aussi favoriser les entreprises respectueuses et refuser les grandes chaînes sans engagement écologique. Ou lutter contre l’obsolescence programmée en achetant des marques qui ne la pratiquent pas. La marque Purism a par exemple développé un téléphone en ce sens, le Librum 5, à un prix assez élevé mais pas plus cher que la concurrence si on considère le temps d’utilisation plus long.

Le but de cette étape est de faire des choix forts sur notre consommation, d’identifier nos besoins et de refuser le superflu qui génère des déchets.

• Réduire

C’est le moment où il va falloir diminuer la voilure. En effet, nous nous encombrons très souvent de choses inutiles, qui s’accumulent sur nos étagères ou dans nos greniers.

Il est donc intéressant de se poser la question : en ai-je vraiment besoin?

Résister à la pression de la surconsommation et réduire nos achats superflus permet une grande économie de déchets et d’argent. D’ailleurs, cela permet de gagner en espace et de rendre son logement plus agréable. Voire même de vivre dans des maisons moins vastes et hyper sécurisées ?

Reste les objets essentiels, ceux qui résisteront à ce premier tri. Pour eux, privilégiez la qualité à la quantité. Entretenez-les correctement. Réparez-les et pourquoi pas échangez-les ?

Cela concerne aussi le secteur de l’énergie. Produire de l’énergie engendre des déchets de différentes natures, comme les gaz à effet de serre ou encore les déchets nucléaires.

Pour en réduire notre consommation, nous pouvons d’une part diminuer nos appareils électriques et d’autre part minimiser leur besoin en énergie. Éviter que tous les gestes du quotidien ne soient remplacés par des appareils électroniques. Les débrancher lorsqu’on ne les utilise pas. Éteindre les lumières en quittant une pièce… sont de petits efforts faciles à mettre en place.

Un dernier exemple avec le secteur alimentaire. Des milliers de recettes existent sur internet pour savoir quoi faire de ses restes de nourritures. Et nous pouvons aussi éviter le gaspillage en achetant les quantités correctes, en vrac, de manière locale… Et privilégier les restaurants qui en font de même. Pourquoi ne pas aussi prévoir un contenant pour repartir avec les repas trop copieux?

Le gaspillage alimentaire
Les conséquences du gaspillage alimentaire au quotidien

• Réutiliser

Tout ce qui peut l’être ! L’idée est d’allonger au maximum la durée de vie des objets qu’on ne peut ni réduire ni refuser.

Les sacs en tissus ou les bocaux en verre sont d’excellents contenants pour beaucoup de choses. Récupérez les enveloppes comme brouillons pour écrire. Ou encore le papier journal pour faire des papiers cadeaux etc.

Utilisez des gourdes en inox pour boire l’eau du robinet quand c’est possible. Cela revient à faire d’importantes économies et à diminuer la production de bouteilles en plastique. Car ces bouteilles parcourent en moyenne plusieurs centaines de kilomètres pour arriver jusqu’à nous, mettent plus d’un millénaire à se dégrader… et nous en consommons près de 500 milliards par an quand seulement 7% sont recyclées !

Et sous « Réutiliser » il y a aussi « Réparer » ! Les objets cassés ou fonctionnant mal, comme les appareils électroniques, qui ont parfois des durées de vie très courtes. Aujourd’hui il est possible d’en réparer une bonne partie, et de les revendre une fois remis à neuf. C’est l’exemple du site « BackMarket ». Et mieux encore, on peut y acheter des produits reconditionnés à des prix intéressants ! Cela nous permet de faire des économies, de bénéficier de produits de qualité et de donner une seconde vie aux appareils électroniques.

• Recycler

Comme vous le voyez, le recyclage n’est pas la première étape vers une réduction de ses déchets, mais la quatrième. Une fois que vous êtes parvenus à refuser, à réduire et à réutiliser, vos poubelles vous sembleront bien vides. Il ne vous restera plus qu’à trier ce qui est recyclable dans les bonnes poubelles. Et comme ce n’est pas toujours évident, mieux vaut prendre le temps de se renseigner un peu. Il existe un site internet en France qui peut vous guider dans cette démarche, il s’appelle « Consigne de Tri ». Grâce à ce site, il vous suffit d’entrer le nom de vos déchets et de votre commune pour savoir dans quelle poubelle les jeter.

Vous ne savez pas quoi faire de certains objets, comme un téléphone ou un téléviseur ? Vous pouvez également jeter un œil sur le site de l’ADEME. Comme pour le premier, entrez le nom de votre objet et vous aurez toutes les informations pratiques à son sujet.

Recycler c’est redonner vie aux objets sous une autre forme ou une autre fonctionnalité, et donc économiser des matières premières.

• Rendre à la terre

S’il y a un exemple formidable de recyclage c’est bien le cycle de la vie. Les matières organiques naissent, vivent et meurent, puis se décomposent pour renaître sous d’autres formes. Il est donc important que ces matières soient jetées dans un compost. Car si elles sont enfouies sans accès à l’air, elles produisent du méthane, un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. En revanche, bien fait, un compost est une excellente ressource pour cultiver son jardin. A vous les bons légumes bios!

Si vous n’avez pas de quoi faire un compost, sachez qu’il existe des composts de ville ou des jardins partagés où il est possible de déposer vos matières organiques. En France, les déchets compostables représentent environ un tiers de tous les déchets, composter va donc vous faire encore gagner de la place dans vos poubelles !

Le compostage
Avantages à faire son compost et son jardin

Un pas à la fois vers le zéro déchet

Comme très souvent, c’est le premier pas qui compte le plus! Et on se rend rapidement compte que lorsqu’on est rentré dans une logique de réduction des déchets, les efforts mis en place au début semblent de plus en plus logiques et faciles à suivre. Les poubelles diminuent considérablement jusqu’à ce qu’on ne veuille plus les voir…

Alors, lancez-vous!

 

Et si vous avez d’autres avantages à réduire vos déchets, vous pouvez nous en faire part en commentaire !

Vous avez aimé ? partagez !

38 Partages

Ne manquez plus rien !

Inscrivez-vous à la newsletter de Curiosity

Recevez par e-mail nos nouveaux reportages et nos futurs projets. Pas de spam, on vous le promet.

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant via ce formulaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ultricies venenatis ante. velit, Nullam eleifend Donec lectus in tristique